LeftRight

SORTIR ADMIRER L’ÉLÉGANCE ITALIENNE…

Art & CultureStyle de vie

A montréal, le 1 juin 2016.

metropole

 

Lametropole.com

 

 

eleganza

La nouvelle exposition du Musée McCord est organisée par l’un des musées qui m’a le plus impressionnée, le Victoria and Albert Museum de Londres et présentée par Holt Renfrew. On y présente le travail des plus grands designers italiens au cours de la période suivant la Seconde Guerre mondiale jusqu’à nos jours. De quoi faire rêver les fashionistas!

On y découvre la qualité exceptionnelle des techniques, des matériaux et des savoir-faire qui font de la mode italienne ce qu’elle est : l’une des plus reconnues au monde! L’exposition se subdivise en cinq sections : La naissance de la mode italienne, Hollywood adopte l’Italie, L’art du tailleur, Fabriqué en Italie et Le culte du créateur de mode. Nous pouvons y admirer des œuvres (ce ne sont plus de simples vêtements) d’Emilio Pucci, Valentino, Walter Albini, Gianni Versace, Giorgio Armani, Fendi, Prada, Dolce & Gabbana, Marni, ainsi que quelques pièces de talents émergents, de nombreux accessoires, dont des souliers et des sacs à main, sans oublier des photographies, magazines, dessins et extraits de films. En tout, 130 objets, dont environ 100 pièces de vêtements, véritables témoins du glamour et de l’influence de la mode italienne, de 1945 à aujourd’hui. Cette exposition est une exclusivité canadienne, profitez-en puisqu’elle est chez nous !

LA BEAUTÉ DU TERROIR…

CommunautéStyle de vie

A Montréal, le 27 mai 2016.

metropole

 

Lamétropole.com

 

terroir

Nancy Lemieux et André Anglehart vous accueilleront chaleureusement à leur relais gourmand. L’Auberge des Glacis3 est située à L’Islet-sur-mer, sur la rive sud du Saint-Laurent, à 80 kilomètres à l’Est de la Ville de Lévis. Le Fleuve large d’un kilomètre à Québec s’élargit soudain et atteint 17 kilomètres à L’Islet-sur-mer. Cet entonnoir naturel provoque de grandes marées quotidiennes de plus de 7 mètres où l’eau est saumâtre et l’esturgeon foisonne.

Le Vent des Îles, le plus récent bateau de la famille Lachance, permet, au départ de Berthier-sur-Mer, une superbe croisière dans l’archipel du Saint-Laurent notamment jusqu’à Grosse Île appelée aussi l’Île de la quarantaine.4 Le capitaine et copropriétaire Dominique Lachance vous présente l’histoire de l’archipel tout en dirigeant l’équipe de ce grand bateau de deux ponts de 170 passagers. La famille Lachance vit de la mer depuis sept générations. Cette famille a construit des bateaux, pêché l’esturgeon et offre plusieurs excursions sur le Saint-Laurent depuis plusieurs années.

Grosse-Île a servi de lieu de transition pendant de nombreuses années pour les Irlandais qui immigraient au Québec. La grande famine en Irlande, entre 1845 et 1849, dirige environ 85 000 Irlandais vers Québec. L’entassement est tel à bord des navires qu’il favorise la propagation du typhus. Île de la quarantaine servira donc de transition afin de soigner ces immigrants avant leurs arrivés au port de Québec.

Après cette excursion le retour à l’Auberge des Glacis vous permettra d’apprécier ce relais gourmand. Olivier Raffestin, chef et charcutier, vous préparera l’une de ses spécialités en mettant en valeur les nombreux produits du terroir de la région Chaudière-Appalaches. Mentionnons la terrine de chevreau et de veau au vin de petits fruits et aux noix de cœur de Ste-Croix, et la matelote de Clara5, esturgeon flambé au calvados avec cidre fort de la Pomme du Saint-Laurent. À l’instar de l’émission l’Auberge du chien nord, l’Auberge du Glacis est un lieu de musique, d’art et d’événements culturels. L’Auberge a créé le groupe musical Pollux Band6 et présentera un spectacle le 6 juin 2016. De plus, les sentiers aménagés le long de la rivière font place à des œuvres d’art comme l’étonnant Arbre aux bouchons.

Le passage dans le magnifique village de L’Îslet-sur-mer ne pourrait être complet sans visiter le Musée maritime du Québec.8 Ce Musée offre, grâce au Conservateur Alain Franck, un ensemble d’objets maritimes, très bien présentés, ainsi que trois bateaux à visiter: le brise-glace NGCC Ernest Lapointe et le NCSM Bras d’or, un hydroptère expérimental de la marine royale canadienne et le J.E. Bernier II qui a permis à l’incroyable explorateur Réal Bouvier de franchir le 74e degré Nord. Le Musée présente aussi les explorations du célèbre explorateur Joseph-Elzéar Bernier, né à L’Islet en 1852, qui a grandement contribué à définir la frontière arctique canadienne.

Tout près du Musée maritime du Québec une escale gourmande sympathique et chaleureuse: Le Salicorne Café. Les deux propriétaires: Corinne Leroy, chef et Lise Fournier Gérante, vous feront découvrir les produits du terroir apprêtés à leurs façons. Les cuisses de caille confites et laquées aux deux poivres, le parmentier de confit de canard du Lac Brome et, pour finir en beauté, la verrine crémeuse au citron et sapin baumier, sont les exemples d’une véritable gastronomie du terroir présentée avec soins dans une ambiance chaleureuse et sympathique.

La région Chaudière-Appalaches offre de superbes paysages, de grandes tables élaborant des produits du terroir et un accueil vraiment exceptionnel. Vos excursions estivales devraient permettre de renouer avec le Fleuve Saint-Laurent, qui règne au cœur de notre histoire. L’Auberge des Glacis, les excursions Lachance et le magnifique village de L’Islet-sur-mer constituent des incontournables de vos escapades estivales.

Une artiste à découvrir !

APOLLO IS MUSICArt & CultureCollaboration La Métropole

A Montréal, le 26  mai 2016.
metropole

 

Lamétropole.com

ariane-laniel-mon-bordel-album

Après avoir été révélée au grand public grâce au succès phénoménal de la première édition de Mixmania, dont l’album titre a été vendu à plus de 275 000 exemplaires, Ariane Laniel lance Mon bordel, un premier EP en carrière. Pour cette première sortie musicale en solo, la chanteuse s’est notamment alliée au réalisateur et multi-instrumentiste John Anthony, avec lequel elle cosigne les textes et musiques du EP. Ce dernier a été mixé au réputé studio LaMajeure par Luc Préfontaine, nommé pour un prestigieux prix aux Oscars.

Mon bordel propose cinq pièces rafraîchissantes évoquant un univers à la fois intime et rassembleur. L’opus s’inspire du désordre que l’on se crée trop souvent pour éviter d’aller au bout de ses rêves. Sur des airs pop percutants, accompagnés d’audacieuses touches country, l’auteure-compositrice-interprète nous invite à percevoir l’espoir au-delà de la grisaille du quotidien.

« Pour moi, Mon bordel, c’ est d’être submergée par trop d’idées à la fois mais d’être aussi poussée par le désir un peu fou de toutes les réaliser. Je suis bien dans mon bordel, c’est ma façon de créer. C’est plein de petites notes, de chansons griffonnées au fil des ans qui ont trouvé leur place dans ce EP. » – Ariane Laniel

UNE ENTRÉE FRACASSANTE DANS LE SHOW-BUSINESS

Ariane Laniel a fait une entrée remarquée dans le paysage musical québécois. Son groupe Aucun Regret, gagnant de Mixmania, s’est produit à quatre reprises au Centre Bell en plus d’attirer des cotes d’écoute records, pour une chaîne spécialisée, de 700 000 téléspectateurs. Les années suivantes lui auront permis de compléter des études collégiales en musique, de peaufiner son matériel original en plus de préparer activement son retour en solo. Son premier extrait radio, Sous les lampadaires, s’est d’ailleurs hissé au Top 100 BDS.

L’ART QUI FAIT REVIVRE…

Art & CultureCarrières et OpportunitésGRANDS LANCEMENTS/GRAND OPENING

A Montréal, le 25 mai 2016.

metropole    lametropole.com

  Clermont Éditeur a le plaisir d’annoncer la publication du livre L’ART QUI FAIT REVIVRE le 26 mai prochain, le récit d’un homme résolument optimiste et volontaire face aux terribles épreuves mises sur son chemin par la vie.

lartquifaitrevivre

Du rêve au cauchemar, Michel LeBlanc un jeune athlète ambitieux défie toutes adversités pour arriver à ses fins. Adolescent, il est victime d’intimidation et plonge dans la consommation de stéroïdes anabolisants. À 20 ans, on lui diagnostique 2 tumeurs aux seins. Passionné des arts, il se relèvera par sa thérapie miracle; la peinture et réalisera le rêve de démarrer son entreprise.
Plusieurs années plus tard, à la sortie d’un restaurant, il est victime d’un accident fatal, heurté dans un face à face par un chauffard. Frôlant la mort, les jambes écrasées, il sera hospitalisé pendant 6 mois. Cloué à son lit et n’ayant plus le goût de vivre, une bonne fée lui dénichera un atelier clandestin au sous-sol de l’hôpital afin qu’il se remettre à l’œuvre.
Originaire de Rimouski, Michel LeBlanc est un artiste-peintre professionnel handicapé membre de « Visions sur l’art Québec ». L’artiste a exposé un peu partout sur la planète, de Paris à l’Italie en passant par la Californie. Membre de l’Union des artistes à titre de comédien, il est également conférencier et porte-parole du Parcours-Don d’Uniatox (prévention des toxicomanies).

LANCEMENT, LE SAMEDI 28 MAI À 19h

GALERIE D’ART RIMAWI (109 boul. Curé-Labelle, Rosemère)
RSVP : peintreleblanc@hotmail.com

La fête des restos !

CommunautéÉvénements MarquantsEXTRA EXTRAStyle de vie

A Montréal, le 24 mai 2016.

téléchargement (15)

Ce lundi 30 mai aux terrasses Bonsecours dans le Vieux-port aura lieu la première édition de la fête des restos, une initiative organisée par RestoMontréal, le guide en ligne des restaurants locaux, qui célèbre le lancement de sa nouvelle application mobile.

Cette levée de fond gourmande à pour but de mettre en avant l’excellence et la diversité de la gastronomie de la ville tout en récoltant des dons pour les banques alimentaires du Québec qui aident à nourrir les familles québécoises dans le besoin.
L’intégralité des profits de la soirée sera reversé à cette institution.

Nous pourrons compter sur la présence de nombreux restaurants participants comme Rib N Reef Steakhouse, Ikanos, Restaurant Mercuri Montreal, Restaurant Pintxo, Lola Rosa Park, Rasoi, TASTE ITALY.ca Pizzaioli Traiteur, Bitoque, Diablos BBQ Smokehouse, Saloon St-Laurent, et bien d’autres !
De plus un cocktail de bienvenue sera également offert.

Les billets sont vendus 30$ et incluent l’entrée, l’accès à toutes les bouchées + un cocktail de bienvenue, suivez le lien ci-dessous pour obtenir vos places!
https://fetedesrestos.eventbrite.ca/

En attendant, jusqu’au 27 mai pour chaque téléchargement de l’application, Restomontreal s’engage a verser 2 dollars aux banques alimentaires québécoises , une belle initiative.

Rendez-vous lundi prochain à partir de 18h !

LA PETITE PERRIÈRE PINOT NOIR 2014

Uncategorized

A Montréal, le 24 mai 2016

metropole

 

 

 

Lamétropole.com

Par Roger Huet.

sagetlaperrierebarils

Aujourd’hui, la Maison Saget La Perrière est un des plus beaux domaines de la Loire et ses vins séduisent les amateurs de plus de 40 pays. La relève est assurée par Arnaud et Laurent Saget, qui montrent la même passion que leur père. Avec six domaines, 360 hectares de vignes situées dans les plus grandes appellations de Val de Loire et des contrats à long terme avec des familles de vignerons, Saget La Perrière est une puissance montante.

La Petite Perrière Pinot Noir 2014 est disponible en importation privée auprès d’Univins. Prix: 18,65$.
En bouche c’est un vin puissant, généreux, plein de finesse. Il n’est pas très tanique, mais savoureux et séduisant. Il y a une réelle harmonie entre l’acidité et l’alcool. Ce vin élégant se termine par une belle longueur aromatique de framboise et un soupçon de minéralité. Agréable avec les viandes rouges, surtout rôties et les poissons grillés, bon avec les pâtes et délicieux avec un plateau de fromages. Je conseille de le servir à 16 oC. Il est très bon à boire maintenant mais sera encore meilleur à la fin de 2017.

http://www.lametropole.com/article/bouffe/vins/la-petite-perri%C3%A8re-pinot-noir-2014

N’ATTENDEZ PAS D’ÊTRE PRÊT À 100%

CommunautéStyle de vie

Montréal, le 20 mai 2016.

metropole

Lamétrople.com

Par Sophie Lamarche

prêt

J’ai beaucoup d’exemples dans ma propre vie où j’ai utilisé ces mots. Mais je peux dire que tous les bonds importants dans ma vie se sont produits quand j’ai fait le saut à un moment où je n’étais pas encore tout-à-fait prête. Je ne suggère pas de sauter aveuglément, sans filet. Oui, parfois le filet peut être assez mince, mais vous devez toujours planifier vos changements de vie personnels ou professionnels.

Au cours de ma dernière année au secondaire, je me préparais pour le cégep. J’avais décidé de faire un diplôme en langues. J’allais donc apprendre l’anglais, l’espagnol, l’allemand et étudier le français écrit avancé alors que je n’avais réussi à passer mon cours d’anglais que de justesse au secondaire et que j’avais de la difficulté à écrire un paragraphe décent en français sans faire des tonnes d’erreurs de grammaire. Et pourtant j’étais là, en train de me préparer pour le prochain chapitre de ma vie.

J’avais entendu parler des jeunes de 17-18 ans qui allaient travailler dans les provinces anglaises du Canada pour apprendre l’anglais. J’ai donc postulé et obtenu un emploi à Bradford, en Ontario. Mes parents ne pouvaient pas croire que je partais réellement pour l’Ontario à 17 ans pour vivre avec des étrangers. J’avais tellement peur. Je ne parlais pas vraiment l’anglais. Mais mon désir de grandir et de changer était plus fort que ma peur.

Et je l’ai fait. C’était une belle famille avec deux belles jeunes filles. Au moment où j’ai commencé le cégep, j’étais prête et j’ai très bien réussi mes cours d’anglais. J’ai tellement adoré l’expérience que je l’ai répétée l’été suivant. J’ai choisi un ranch à Calgary, où je faisais toutes sortes de choses. Apprendre l’anglais était un énorme bond pour moi. Je suis née dans une famille rurale, à l’extérieur de Montréal, et personne ne parlait vraiment l’anglais. Mais cet apprentissage a ouvert tellement de portes dans ma vie personnelle et professionnelle. Certaines des expériences étonnantes que j’ai eues dans ma vie sont dues à ce bond que j’ai eu le courage de faire dans ma jeunesse.

Il y a deux autres sauts dont je veux vous entretenir. Après le cégep, j’ai décidé que je n’étais pas prête pour l’université. Je suis donc allée travailler à plein temps. J’ai commencé comme commis dans un bureau puis je suis devenue secrétaire. J’ai travaillé dans différentes entreprises. C’est à 28 ans que j’ai décidé de retourner à l’école mais de soir. Je suis allée à l’université pour obtenir un diplôme en informatique et en gestion internationale. L’obtention de ce diplôme en particulier exigeait que l’on aille d’abord étudier à l’étranger et apprendre une langue étrangère. J’ai choisi l’espagnol. Encore une fois, comme à mes 17 ans, je suis partie vers l’inconnu. Cette fois-ci à Monterrey, au Mexique, pour un semestre complet en espagnol alors que j’étais loin de parler couramment cette langue.

Il est important de préciser que je n’y suivais pas de cours d’espagnol. Je suivais des classes universitaires normales, mais en espagnol. Il s’agit donc de cours tels que la comptabilité, le marketing, la finance et l’informatique. J’ai adoré l’expérience et j’ai rencontré des gens formidables. Mon bond consistait aussi à terminer mes études à temps plein, au lieu de travailler à temps partiel et à étudier le soir. Donc, financièrement, j’étais un peu vulnérable. Mais j’ai pu finir mon bac plus tôt que prévu, me retrouver au bon endroit et au bon moment et trouver un emploi dans une grande entreprise informatique où je suis restée pendant 15 ans.

Mon dernier bond a eu lieu en 2012, quand j’ai quitté la compagnie en informatique mentionnée ci-dessus pour démarrer ma propre entreprise. J’étais vice-présidente à l’époque et tout le monde était stupéfait. Encore une fois, je n’étais pas prête à 100% et j’étais absolument terrifiée. Je quittais un emploi que j’avais depuis 15 ans, ainsi que mes amis, mes collègues et ma sécurité d’emploi.

Faire un bond vous rend vulnérable, et personne ne veut être vulnérable. Mais je vous confirme que tout avancement majeur dans ma vie a eu lieu quand j’ai choisi d’être temporairement vulnérable.

Ci-dessous, je vais décrire les étapes que je trouve nécessaires pour se préparer à faire le saut. La première chose à savoir est cependant ceci : vous voulez faire un saut parce que vous n’êtes pas satisfait de quelque chose.

ÉTAPES POUR FAIRE LE SAUT

1. Prenez conscience de votre insatisfaction. Laquelle est-elle? Pourquoi êtes-vous insatisfait? Pouvez-vous y faire quelque chose? Que voulez-vous faire à ce sujet? Ce processus peut prendre des semaines, des mois, voire des années.

2. Que ce soit à cause d’un mauvais travail, une mauvaise relation ou autre chose, le temps entre la prise de conscience et le temps où vous êtes prêt à faire le saut dépend de votre acceptation et votre préparation. Parfois, vous pouvez décider que vous avez juste besoin de modifier quelques petites choses et vous ne serez plus insatisfait. Alors que d’autres fois, vous sentez que vous avez besoin de prendre un virage à 180 degrés pour progresser. Au cours de cette étape, il sera nécessaire de penser, d’analyser et d’examiner vos besoins pour voir où il est préférable pour vous d’aller. C’est au cours de cette étape que je trouve utile de consulter un coach pour vous soutenir et vous aider à aller dans la bonne direction.

3. Vous décidez donc de faire le saut. Il est donc maintenant temps de préparer un plan. Si vous décidez, par exemple, de changer d’emploi, vous avez besoin de planifier en conséquence. Quel type d’emploi est-ce que je veux? Quel type de patron? Combien d’argent est-ce que je veux faire? Où est-ce que je veux travailler? Qu’est-ce qui me rend heureux?… L’argent ne nous rend pas heureux. Voilà pourquoi je pose la question « Qu’est ce qui me rend heureux? ». Parce que si vous ne disposez pas de la réponse à cette question, les problèmes que vous avez dans votre emploi actuel, vous les aurez dans votre prochain emploi. Découvrez ce que vous voulez réellement.

Ensuite, trouvez votre courage et faites le saut. Obtenez le soutien dont vous avez besoin auprès de vos amis, de mentors ou d’un coach. Nous n’avons pas besoin de faire nos sauts tout seul. D’autres l’ont fait avant nous. Trouvez-les et apprenez le maximum d’eux afin de vous préparer avant de sauter.

http://www.lametropole.com/article/affaires/la-reussite/n-attendez-pas-d-%C3%AAtre-pr%C3%AAt-%C3%A0-100

Le Parc Éphémère Pigeon Hole d’APOLLO revivra pour 3 ans!

Art & CultureCommunautéStyle de vie

Montréal le 19 mai 2016
Le Parc Éphémère Pigeon Hole d’APOLLO revivra pour 3 ans!

 

Le concept lancé en 2009 par Apollo l’Agence en partenariat avec la Société de Développement Commercial du vieux-Montréal renaîtra de ses cendres cette année et pour 3 ans! L’arrondissement Ville-Marie, la SDC Vieux-Montréal, les Hôtels JARO et APOLLO ont collaboré sur ce projet unique dans l’arrondissement!
Ce projet d’aménagement urbain temporaire a pour but de redonner vie à ce terrain qui était laissé à l’abandon jusqu’en 2009. Depuis 3 ans, le projet avait été abandonné. Avec la refonte du Square Viger et les problèmes liés à l’itinérance, l’arrondissement a décidé d’ouvrir son portefeuille cette année afin d’aménager le terrain de plus de 30 000 pieds carrés situé au coin des rues Notre-Dame Ouest et St-Jean. Cette initiative qui a connue beaucoup de succès lors de ses dernières éditions est donc sur le point d’être complétée.
Les travaux pour cette nouvelle édition ont débutés lundi dernier et doivent se terminer dans la semaine du 23 mai. Ils sont assurés par l’équipe des cols bleus qui travaille d’arrache-pied pour finir dans les temps et compléter les aménagement du site.
Cette démarche de développement urbain peut être définie selon les critères suivants :
– Une collaboration entre plusieurs acteurs locaux et l’arrondissement.
– Une concertation publique pour répondre au mieux aux besoins des citoyens.
– Un projet et un chantier réalisés par une équipe locale.
– Une démarche économiquement viable grâce à des partenariats avec différents acteurs économiques de la ville.
– Un espace de verdure dans le Vieux-Montréal qui profite aux riverains.
En espérant que cette belle initiative en inspirera d’autre !
Rendez-vous à partir du mois de juin, soyer nombreux !

http://parcsephemeres.com/
https://www.facebook.com/Pigeon-Hole-Renewal-97053362964/
http://www.vieuxmontreal.ca/fr/

 

LES 39 ANS DU FESTIVAL DE LANAUDIÈRE

Uncategorized

A Montréal, le 19 mai 2016

metropole

 

Lamétropole.com

 

 

festival
Par Alain Clavet.

Le Festival de Lanaudière, du 9 juillet au 7 août 2016, rend hommage cette année à son grand fondateur le père Fernand Lindsay. Le père Lindsay, ce grand mélomane, s’était donné pour vocation de faire aimer la musique classique au plus grand nombre.*

Comme l’évoquait le célèbre pianiste Alain Lefèvre, le père Lindsay faisait œuvre de résistance.** Résistance au préjugé selon lequel la musique classique serait élitiste, résistance au nivèlement culturel par le bas, en somme, résistance à la « trumpéisation » du monde qui carbure à l’ignorance. Lors des bombardements de la ville de Londres par les nazis,*** on demanda à Winston Churchill**** de couper le budget des arts pour soutenir l’effort de guerre.

Churchill répondit de façon véhémente: « Alors, pourquoi nous battons-nous? » (« Then what would we be fighting for? »).*****

Beethoven, Bach, Brahms, Berlioz et Tchaïkovski seront à l’honneur cet été sur le site enchanteur de l’Amphithéâtre Fernand-Lindsay, ainsi que dans certaines églises de la région de Joliette et au Musée d’art de Joliette. Nos coups de cœur du vaste programme, mentionnons: une soirée de musique romantique française, en compagnie de la soprano Karina Gauvin, de l’Orchestre Métropolitain et du chef Mathieu Lussier, le vendredi 22 juillet à 20h; et le lendemain, soyez les premiers à vivre l’expérience extraordinaire de voir et d’entendre le film Le violon rouge de François Girard.****** Venez suivre sur grand écran le destin fantastique de cet instrument exceptionnel, sur la musique somptueuse de John Corigliano, interprétée sur scène par la violoniste canadienne Lara St. John.

Le premier dimanche de la saison, à 14h, l’excellente violoniste Angèle Dubeau, et ses camarades de La Pietà, seront à l’Amphithéâtre pour rendre hommage à plusieurs grands maîtres du minimalisme, dont Arvo Pärt et Philip Glass.******* Le dernier week-end du Festival offrira l’œuvre ultime de Mozart, demeurée inachevée à sa mort, l’émouvant Requiem.

Le Festival de Lanaudière est devenu au fil du temps l’un des plus grands festivals de musique classique au Canada. Nous aurions tort de nous priver du plaisir d’écouter les grandes œuvres classiques interprétées dans un cadre naturel enchanteur.

http://www.lametropole.com/article/arts-et-spectacles/musique/les-39-ans-du-festival-de-lanaudi%C3%A8re

UN WEEK-END EN MODE RELIGIEUX

Style de vie

metropole

Montréal,le 18 mai 2016.

LaMetropole.com

 

religieux

Appartenant autrefois à la congrégation des Pères Montfortains, la maison ancestrale a maintenant une toute nouvelle vocation : un établissement hôtelier de 83 chambres aux allures modernes tout en conservant une partie historique comme le clocher et l’entrée du réfectoire. L’hôtel Montfort, qui sert de lieu de palais de congrès pouvant accueillir 800 personnes, a nécessité des investissements de plusieurs millions de dollars.

Et l’aventure ne s’arrête pas là. L’établissement dispose d’un jacuzzi sur le toit, adjacent au clocher, et d’une vaste terrasse où il fait bon se reposer par temps ensoleillé. Au sous-sol, une piscine intérieure et accueillante a été aménagée pour les visiteurs à la recherche d’intimité. Pour une trentaine de dollars supplémentaires, selon le moment de la journée et de la semaine, les clients ont accès aux installations du Spa nordique Les Centciels. Les lieux sont vraiment propices à la détente : deux bains chauds, un bain froid avec chute d’eau, un sauna sec, une salle de repos et plusieurs hamacs.

La température de l’eau froide est de 12 C0, ce qui est très raisonnable étant donné que la moyenne générale des spas se situe souvent sous les 10 C0. Pour le moment il n’y a pas de bain à la vapeur, mais il n’est pas écarté qu’un jour il y en ait un vu la demande élevée pour ce type d’installation.
RESTAURANT Ô RÉFECTOIRE

La salle à manger, qui se situe dans l’ancien réfectoire des Pères Montfortains, peut accueillir jusqu’à 120 personnes dans les deux sections. Le bois et la pierre sont des matériaux très présents. Pour ce qui est de la qualité de la cuisine, sa chef Marise Hunter propose des plats religieusement bons et savoureux, dont plusieurs sans gluten. Les produits du terroir de Nicolet et du Centre-du-Québec sont toujours favorisés avant de faire appel à ceux de l’extérieur de la région. Une suggestion : n’arrivez pas sans réservation. La publicité du bouche-à-oreille donne de très bons résultats et plusieurs se donnent rendez-vous pour un tête-à-tête en soirée.

Les plats en vedette sont le dindon sauvage, l’entrecôte de bœuf, les fruits de mer, le jarret de porc, la cuisse de canard et le veau.
MUSÉE DES RELIGIONS

À cinq minutes de l’Hôtel Montfort, au centre-ville de Nicolet, le Musée des religions mérite un arrêt. L’exposition permanente est conçue pour établir des comparatifs entre les moments importants de chaque grande religion : christianisme, judaïsme, hindouisme, bouddhisme et islam.

Que ce soit la naissance, le renouvellement de sa foi à l’adolescence, le mariage ou le décès, toutes les religions ont leurs propres rites. Cinq jeunes de confession différente témoignent à leur façon leur vécu personnel dans une brève vidéo. On y retrouve plus de 130 000 objets de collection, dont la plus importante collection d’images religieuses au pays. À la fin de la visite, on peut s’entendre pour dire que plusieurs dénominateurs communs rassemblent les cinq grandes religions du monde, dont l’amour, la paix et la vie après la mort.

UA-36473591-1