LeftRight

MA CHRONIQUE GOURMANDE D’AUTOMNE

Collaboration La MétropoleGourmandise

 A Montréal, le mercredi 28 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

Mon coup de cœur de la saison est le GRIL et PLAQUE CHAUFFANTE d’Hamilton Beach. 

C’est un appareil extraordinaire, qui  se compose de 2 plaques amovibles, qui peuvent être retournées. Elles font tantôt fonction de gril tantôt de plaque chauffante. Chaque plaque a sa commande de température individuelle. Elle remplace avantageusement un barbecue. Pas besoin de bouteilles à gaz, encombrantes, elle se branche à n’importe quelle prise.

Cette merveille occupe très peu de place et se range dans une armoire. Elle mesure à peine 2 pieds par 1 pied, par 5 pouces de haut et ne pèse que 9 kilos. Il a un récipient pour l’écoulement des graisses et les plateaux vont au lave-vaisselle. De plus on peut se permettre de faire des grillades tout l’hiver dans sa cuisine.hamiltonbeach.ca

Hamilton Beach Gril et Plaque chauffante modèle 38546C Prix  84,99$

LES BALSAMIQUES DE CAREZZA

Carezza est une ligne québécoise de balsamiques située à Upton, en Montérégie.  Les produits Carezza sont vraiment exceptionnels et un rêve pour assaisonner les salades.

Les flacons sont élégants et agréables au toucher.

Les Carezza viennent en deux versions :

Les Vinaigres Gourmets, dont le Vinaigre d’érable, qui est le fruit d’une double fermentation en cuve, de sirop d’érable pur.

La collection des Sublimations Balsamiques, le haut de gamme. Elles sont denses, légèrement sucrées, avec une pointe d’acidité et parfaitement équilibrées. Dans cette gamme se trouvent les sublimations aux fruits : fraise, framboise, bleuet, faits de vinaigre balsamique, de pulpe de vrais fruits et de miel. Cette année une nouvelle saveur s’est ajoutée : la sublimation aux pommes, avec du vinaigre de cidre, du moût de pomme concentré et du vinaigre blanc.

Je recommande vivement à tous les restaurateurs qui servent des salades avec des tristes vinaigrettes industrielles : française, italienne et au bleu, d’adopter les vinaigres et les sublimations Carezza, qui vont faire de leurs salades et même de leurs desserts aux fruits et des crèmes glacées, un plaisir pour la bouche.

Les prix des produits Carezza sont très raisonnables, entre 10 et 13$ la bouteille de 200 ml! On les retrouve dans tous les magasins gourmets. Pour connaître les points de vente consultez leur site Web: carezza.ca. Vous pouvez aussi les commander en ligne.

LES CASSIS DE MONNA ET FILLES

Depuis 1992, Cassis Monna & Filles cultive et transforme le cassis. L’entreprise travaille en harmonie avec la nature, avec une conscience écologique pour minimiser l’impact sur l’environnement.

Les sœurs Monna, telles des alchimistes, confectionnent 4 flacons mystérieux.

Le premier enferme une Crème de cassis, 19,5o d’alcool. Belle robe rubis. Parfum prononcé de cassis et un bel équilibre en bouche. Versé dans un verre de mousseux, ou sur une crème glacée c’est du pur plaisir. Disponible à la SAQ en flacons de 375 ml code  10381661. Prix 25,25$.

Le deuxième est le Fruité 15o d’alcool. Un apéritif avec un goût riche en cassis. On le sert sur glace ou en sangria.

Le troisième est le Madérisé 15o d’alcool. Parfait à l’apéritif ou en fin de repas. Boisé, au goût de torréfaction et de dattes avec des notes de vanille que l’on sert avec des fromages corsés ou des chocolats amers.

Le quatrième est le Capiteux 19o d’alcool. Un vin fortifié de type Porto. Arômes de fruits secs, de café et de chocolat. À servir de préférence comme digestif. Très charmeur.

Ces trois derniers produits sont disponibles en format de 350 ml et de 750 ml. Pour vous informer des points de vente ou pour commander en ligne, consultez: cassismonna.com

Les audacieuses liquoristes de Cassis Monna & Filles viennent de remporter la médaille d’argent à l’International Wine and Spirit Competition.

RISO BELLO, LE RIZ POUR RISOTTO

Riso Gallo est le producteur de riz numéro 1 d’Italie. Sa principale marque est Riso Bello.

Cette maison a débuté en 1856 à Gênes avec Giovanni Battista. Aujourd’hui, la sixième génération produit son riz dans la Vallée du Pô.

Si vous aimez le risotto et que vous hésitez à en faire à cause des différentes étapes que cela demande,  Riso Bello a créé le Risotto Pronto, sans agent de conservation car il est emballé sous atmosphère protégée.

Il vient en différentes saveurs: Quatre fromages, Aux asperges, Aux légumes, Aux champignons porcini. Il suffit d’ajouter de l’eau et de laisser bouiller. Il est prêt en 12 minutes, les enveloppes sont pour 2 personnes et rien ne vous empêche de personnaliser votre risotto en ajoutant des crevettes, des morceaux de parmesan ou des tomates séchées.

Pour les amateurs de cuisine, il y a les boîtes de 500 grammes d’Arborio, et de Carnaroli, toutes deux de riz pour risotto et cela ne prend que 16 minutes de préparation. Les recettes sont sur les boîtes.

Riso Bello risobello.com. Importé par Enzamar.inc, Tél.: 514 323-6068.

MAILLE, LES BONS PRODUITS FRANÇAIS

La célèbre maison dijonnaise vient de sortir un excellent pot de cornichons aux oignons caramélisés.

Les tablettes des épiceries se sont remplies de Moutarde de Dijon au miel de Maille. On les reconnait à leur petit pot en plastique, idéal pour faire un jet sur les hotdogs. maille.ca/moutarde-de-dijon

DE LA LITTÉRATURE GOURMANDE

SUR LE POUCE

Guide des 165 meilleurs casse-croûtes du Québec, par Benoît Roberbe, l’animateur de l’émission éponyme à Canal Évasion.

Un charmant ouvrage qui vous ouvre les portes des petits restos de quartier et de village à travers toutes les régions du Québec.

L’auteur fait une présentation de chaque casse-croûte, avec enthousiasme et gentillesse. Il présente les spécialités, indique s’il est saisonnier ou ouvert à l’année et donne l’adresse.

Les places ont des noms qui commencent par: bistro, restaurant, cantine, roulotte, patate, snack bar, casse-croute, café, dépanneur, chez ou simplement Johnny, Capitaine Bob…

Il arrive que dans certaines régions il faille rouler longtemps avant de trouver un endroit où manger. Sur le pouceclasse les casse-croûtes par région à la table des matières qui se trouve au début du livre, un index vous permet de retracer ces mêmes places à la fin, suivi d’un index par autoroutes principales et le numéro de sortie à emprunter.

Un guide intéressant en ville lorsqu’on veut se restaurer sans trop dépenser, mais indispensable en région, si l’on veut survivre.

Sur le pouce est publié par Évasion et Trio Orange. Prix 24,95$.

ATABULA

Un des plus beaux magazines électroniques français sur la gastronomie de l’Hexagone et d’ailleurs. On peut souscrire gratuitement pour recevoir leur infolettre. atabula.com

LES FIDÈLES DE BACCHUS, PREND DE L’EXPANSION

Alain Lebel, le patron de Les Fidèles de Bacchus vient de lancer Bacchus,  le magazine numérique interactif du vin et de l’art de vivre, en version française et anglaise. Il est diffusé grâce à une nouvelle application qu’on peut télécharger gratuitement sur tablette iPad à appstore/ca/KPEo-i. Lien: fidelesdebacchus.com.

Le magazine GASTRONOMIE Alimentation et plaisirs culinaires  est produit par le groupe Publications Mag, de Diego Fiorita. La maison célèbrera bientôt 15 ans.

Gastronomie est une belle publication, sur papier glacé. Les photos sont magnifiques et le montage graphique impeccable. J’ai entre les mains le numéro d’été, le nouveau numéro sortira au cours du mois de septembre. Les articles sont variés. Les restaurants et les vins y sont très bien décrits, mais il y a plus, le Wine & Food Festival du Mexique qui couvre plusieurs pages et on nous annonce qu’il s’installera à Montréal dans un avenir proche. Il y a aussi des nouvelles locales comme la Fête champêtre de Sœur Angèle et des recettes culinaires. L’éditorial signé Diego Fiorita est mordant, mais réaliste.  Gastronomie est publiée 4 fois par an. publicationsmag.com

UNE CÉRÉMONIE FLAMBOYANTE À L’UdeS!

Collaboration La MétropoleÉvénements Marquants

A Montréal, le mardi 27 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

Des milliers de diplômées et diplômés ont pris part samedi au rituel d’investiture exclusif et spectaculaire qui se déploie depuis dix ans déjà à l’Université de Sherbrooke. Par une belle journée d’automne, ils ont pris place autour d’une énorme rose des vents, symbole du rayonnement de l’Université de Sherbrooke aux quatre coins du globe. Ce samedi, tout a été mis en œuvre pour que ce moment soit gravé à jamais dans la mémoire des 10 000 personnes présentes à l’événement.

D’entrée de jeu, la rectrice Luce Samoisette s’est adressée aux diplômés en leur rappelant l’importance du savoir : « Notre société doit pleinement tirer profit des connaissances produites dans toutes les sphères d’activité humaine. Elle doit aussi le faire par le respect des personnes, la responsabilité sociale, l’excellence, l’ouverture au monde et la diversité. Voilà des valeurs que nous chérissons tout particulièrement à l’Université de Sherbrooke et qui donnent à votre diplôme son sens et ses couleurs spécifiques », a-t-elle déclaré.

Elle a profité du moment pour rappeler la place enviable qu’occupe l’Université de Sherbrooke à bien des niveaux : « À Sherbrooke, nous avons réussi à créer et à maintenir une université unique dont la contribution à la société est remarquée et saluée. Nous avons aussi construit ici un des trois pôles de recherche majeurs du Québec. Nous avons pris le temps et les moyens de le fonder sur l’excellence et de l’inscrire dans des réseaux internationaux stratégiques. L’Université de Sherbrooke est dotée d’une culture propre marquée par la convivialité, l’accessibilité, la concertation et la capacité de mobilisation sur des enjeux sociaux. »

L’Université de Sherbrooke a entièrement repensé la collation des grades en 2006 en concevant une formule unique et riche de sens, allant bien au-delà de la remise de diplômes traditionnelle. Au cœur de cette collation des grades renouvelée se trouve un rituel exclusif et spectaculaire, fusion entre la tradition et la modernité.

UN NOUVEL HYMNE POUR UN RITUEL SPECTACULAIRE

Parée de ses plus beaux atours, l’UdeS renouvelle chaque année ses promesses d’une journée mémorable. Toujours aussi magique et riche de sens, le rituel d’investiture exclusif à l’Université de Sherbrooke a su en éblouir plus d’un, autour des prestations de l’Ensemble à vent de Sherbrooke et sous la direction musicale de François Bernier. Avec brio, la cantatrice Catherine Elvira Chartier a interprété pour la toute première fois l’Hymne de la collation, une création musicale d’André Marquis et de Robert Ingari.

La comédienne Sophie Lorain a su faire résonner dans l’assistance chacun des mots du texte lyrique lors du cérémonial d’investiture : « Quoi que tu rêves d’entreprendre, commence-le. L’audace a du génie, du pouvoir, de la magie. C’est Goethe qui l’a dit. Ton rêve de savoir, tu l’as réalisé. Aie maintenant l’audace de tes ambitions, le courage de tes opinions, le plaisir de foncer et la satisfaction de t’accomplir! »

DES PERSONNALITÉS AU PARCOURS REMARQUABLE

L’université a décerné des mentions d’honneur à des personnes au parcours remarquable, qui ont su contribuer au progrès de la société et de l’Université de Sherbrooke. Entre autres, R. Edward Freeman a reçu le titre de docteur honoris causa. Le titre de professeur émérite a été conféré àGilles Vandal, en lettres et sciences humaines, à Nicole Gallo-Payet, en médecine et sciences de la santé et à Georges-B. Lemieux, en sciences de l’activité physique.

La rectrice a salué l’excellence des résultats académiques de trois étudiants en leur remettant la médaille académique du Gouverneur général du Canada, soit Marianne Cormier, Jordan Lalonde et Julie St-Cerny-Gosselin.

Le prix institutionnel Grande distinction a été remis aux entreprises VoiceAge et Sipro Lab Telecom, associées à la technologie d’encodage numérique de la voix ACELP®, qui est utilisée quotidiennement dans plus de 95 % des téléphones cellulaires de la planète. Il s’agit du plus grand succès de valorisation commerciale de travaux de recherche universitaires au Canada. Par leurs activités et leur mission, ces entreprises ont contribué de façon remarquable au développement de la société et à la promotion de valeurs chères à l’Université, soit être visionnaires, vouloir se dépasser, en plus d’agir avec conviction et audace.

DES VISITEURS DU PAYS DE SISSI À  MONTRÉAL

C’est en présence du monde des médias et de quelques agents de voyage que des représentants de la capitale européenne venant de Vienne, étaient de passage à l’hôtel Nelligan afin de présenter les nouveautés de cette belle destination toujours prisée des voyageurs aimant les paysages alpestres, la culture et la gastronomie entre autres.


Kim Brisebois (Austrian Airlines); Stéphanie Bishop (Globus); Ernst Holzer (aéroport de Vienne); Elke Bachner (Tourisme Vienne); Nicole Lindner (Swarovski) et Ursula Pusch (Aéroport de Vienne).

Le thème de cette année étant : « Entrer dans le rythme de Vienne ». Et pour cause, alors qu’en premier lieu,  Ursula Pusch de l’aéroport de Vienne a présenté celui-ci comme étant la porte d’entrée de l’Europe de l’Est et qu’il est doté maintenant d’une nouvelle station de train. Pas moins de 300 passagers canadiens sont accueillis par jour à cet aéroport un quatre étoiles, ayant d’ailleurs remporté le prix du meilleur aéroport.

De son côté Kim Brisebois de Lufthanta représentante d’Austrian Air Lines dans les circonstances,  a déclaré que pour la compagnie autrichienne, c’est la meilleure façon charmante de voyager avec la configuration de la classe affaires (1-2-1) de la compagnie autrichienne,  avec son menu gastronomique, son chef et sommelier.

Pour sa part, Elke Bachner, de l’Office de tourisme de Vienne, a fait savoir que l’accent en 2017, sera mis notamment sur la musique, sa gastronomie, ses musées bien sûr et ses nombreux anniversaires. Ainsi, le Beau Danube Bleu de Johann Strauss qui comptera 150 d’existence, l’Orchestre philarmonique  de Vienne  et ses 175 ans et les concerts d’été au célèbre Château de Schönbrunn. Sans oublier évidemment les petits chanteurs de Vienne de réputation internationale ainsi que les extraordinaires chevaux lipizzans  et le 120ième anniversaire de la grande roue qu’est le Prater. Il est aussi intéressant de remarquer que ce sera également le 300ième anniversaire de l’impératrice Sissi, alors que le tout sera souligné par des expositions  au Musée de Sissi et au Palais Impérial.

Cette présentation s’est terminée par l’allocution de Stéphanie Bishop du voyagiste GLOBUS au Canada qui a fait ressortir que son organisation suggère une dizaine de circuits dont Vienne naturellement  en plus de ceux de COSMOS, alors qu’AVALON est en mesure d’offrir une dizaine de croisières faisant aussi escale dans la cité viennoise.

En somme, avec toutes ses nouveautés de cette belle destination autrichienne qu’est Vienne, les voyageurs, touristes ou visiteurs aimant la culture, la musique et la gastronomie et autres, en auront plein la vue au pays de Sissi, de Strauss et de Mozart, à n’en pas douter !.

38e ÉDITION DU FESTIVAL DE LA GALETTE DE SARRASIN

Le  38e Festival de la Galette de Louiseville qui sera présenté cette année du 30 septembre  au 9 octobre, se déroulera encore dans un contexte du terroir et tout en promouvant le sarrasin. En effet, un événement à cachet folklorique avec son fameux défilé devrait attirer encore une foule record dans cette  localité de la Mauricie. D’ailleurs, plusieurs activités culturelles, sociales et sportives sont offertes aux nombreux visiteurs d’ici, d’outre-mer (Angleterre et Belgique) et des autres provinces.

Spectacles captivants, dégustations de produits du terroir, défilé unique en son genre, couronnement de la Reine-Meunière et activités diverses pour toute la famille figurent au menu de ces 10 jours de festivités automnales. Ce festival attire pas moins de cent mille visiteurs, au grand plaisir des organisateurs. Ainsi, une conférence de presse se déroulait à l’hôtel de ville de l’endroit afin de faire connaître les principales activités et attractions qui devraient intéresser les nombreux visiteurs.


Sur la photo, nous pouvons distinguer la reine meunière sortante et les charmantes  meunières avec à leur côté : le président André Auger, le porte-parole et président d’honneur Paul Gélinas et le maire Yvon Deshaies posant pour la circonstance.

Pour prendre connaissance de la programmation au complet, il faut se rendre sur le  site : festivalsarrasin.com.

La 4e table : Cocktail casino au profit de Gai Écoute

CommunautéÉvénements Marquants

APOLLO1.TV – Montréal le 26 septembre 2016

Le 21 octobre au Loft Le 4ème, en plein coeur du Vieux-Montréal, TD Bank Financial Group présentera ‘La 4ème table’, soirée casino dansante au soutien de Gai Écoute.
L’événement prendra la forme d’un cocktail casino riche en divertissements : cocktail dînatoire, tables de jeux et prix de présence sont au rendez-vous! Sur le coup de minuit et jusqu’aux petites heures du matin, le casino se transformera en piste de danse avec DJ. Cette soirée réunira professionnels, gens d’affaires et personnalités publiques de tous les horizons.

En plus des milliers de dollars en prix à gagner, chaque billet à 100 $ permet d’obtenir un reçu à des fins fiscales d’une valeur de 50 $.

L’objectif: continuer d’aider les jeunes se questionnant ou vivant difficilement leur orientation ou leur identité de genre. Merci d’y participer en grand nombre!

Détails et billets : http://www.gaiecoute.org/casino

LA SÉRIE MONDIALE 2016 AUX CUBS

Collaboration La MétropoleSport

A Montréal, le lundi 26 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

 

Mais attention à Big Papi et aux Red Sox de Boston!

Les mois de septembre et octobre sont mes mois favoris, le début de la saison dans la LNH, mais surtout et avant tout les séries d’après saison au baseball. Et il y a aussi la NFL, bien sûr. Ils sont nombreux à rêver à une série mondiale entre les Cubs de Chicago et les Red Sox de Boston, et aux matchs disputés au Wrigley Field de Chicago, et au Fenway Park de Boston, deux stades historiques. Au moment de mettre sous presse, les Blue Jays luttent toujours pour une place dans les séries.Un mois de septembre pour le moins difficile jusqu’à maintenant pour les Blue Jays. Les Red Sox ont pris une longueur d’avance. Ils ont une source d’inspiration supplémentaire en «Big Papi». Ils sont agressifs sur les sentiers les Red Sox, et ils fabriquent des points, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les Blue Jays. Certains prétendent que John Gibbons mérite un vote de confiance pour les prochaines années, je n’en suis pas certain. Il ne fait pas preuve d’imagination. Les Blue Jays n’avaient que 19 amortis sacrifice au moment de mettre sous presse, un non-sens. Très peu de court et frappe, en somme trop peu de court et frappe.

Je ne me souviens pas d’avoir vue les Blue Jays voler trois buts dans un match. Ils sont prévisibles les Blue Jays, aussi subtile qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Les lanceurs partants, hormis JA. Happ, semblent à bout de souffle. Bref, les Blue Jays devront lutter avec l’énergie du désespoir pour faire les séries d’après saison. Ce ne sera pas «A walk in the park». Le portrait change rapidement. L’entraîneur-chef peut faire une grosse différence en bout de ligne. Et Gibbons n’est pas l’homme de la situation. Le regretté Gene Mauch aurait fait des miracles avec une équipe semblable.

Et pourquoi les Cubs en série mondiale, ils ont deux excellents lanceurs partants pour débuter une série en Lester et Arrieta, et un «closer» de  premier ordre en Chapman. Toutes les équipes qui ont gagné la série mondiale pouvaient compter sur au moins deux solides lanceurs partants. La liste est longue, les Diamonds Back de l’Arizona (Schilling et Johnson), les Dodgers de Los Angeles, les Cards de St-Louis, les Mets de New York de 1969 (Seaver et Kosman), etc. Et «The name of the game is pitching».  Je me suis entretenu avec deux journalistes au nombre des plus crédibles au Québec, Serge Touchette et Tom Lapointe, pour connaître leurs prédictions à l’approche des séries. Deux de mes favoris pour tout vous dire.

UNE SÉRIE MONDIALE CUBS-BLUE JAYS, UN VOEU DE SERGE TOUCHETTE

Touche manque beaucoup aux lecteurs assidus de la section sportive du JDM, il avait sa façon bien à lui de relater les faits. Lorsque vient le temps de parler baseball, c’est toujours un immense plaisir de renouer avec Serge Touchette. Il souhaite lui aussi que le meilleur pour Russell Martin et aux Blue Jays mais…«Une série mondiale Cubs-Jays? Ce n’est pas une prédiction, mais un vœu. Mais les Blue Jays m’inquiètent. En attaque, c’est trop souvent tout ou rien. Et leurs partants sont plus vulnérables depuis trois semaines, et leur  défense pas aussi solide que l’an dernier.

Les Cubs? Une bien belle équipe, mais attention. Ils ont eu bien peu de compétition dans leur division. Ils sont bons certes, mais gardons-nous une petite gêne. Une série mondiale Cubs-Jays? Big Papi et les Red Sox pourraient bien nous priver de ce plaisir».

LES DODGERS CONTRE LES RED SOX POUR TOM LAPOINTE

«Les partisans des Jays de Toronto ne m’aimeront pas. Mais je m’en  fous. Je suis un montréalais d’origine. Et Toronto, bof. Sauf pour les affaires. J’aimerais que les Jays soient de la série mondiale, pour Russell Martin. Parce que c’est le meilleur joueur des Jays en septembre, des Jays qui ne volent pas. Mais prédiction une série mondiale entre les Red Sox de Boston et les Dodgers de Los Angeles. Big Papi mérite une série mondiale pour son dernier tour de piste avec les Red  Sox, qui sont red hot en septembre.

Je choisis contre tous les fans des Red Sox, et surtout ceux des Cubs de Chicago, que les Dodgers remportent la série Mondiale. Pour que Vince Scully et Tom Lasorda puissent voir une victoire ultime des Dodgers en série mondiale. Les Dodgers partiront négligés. C’est mon histoire. Et ce sera celle des Dodgers. En six matchs face au club de Big Papi. Et je serai de la parade au Ravin Chavez de Los Angeles», de conclure Tom. Très peu de journalistes sportifs au Québec, ont eu une aussi belle carrière.

DU FAVORITISME DANS LE HOCKEY MINEUR?

Un père de famille m’a contacté l’autre jour, il était en beau maudit contre les entraîneurs qui venaient de couper son fils chez les pee wee. Il disait être victime d’injustice. Mais le pire, il a mis dans la tête de son fils qu’il a été victime d’injustice. Ce n’est pas la première fois que j’entends de telles histoires. Notre petit gars est toujours meilleur que le voisin, du moins pour certains parents. Mais il y en aura toujours des injustices dans ce bas monde. Mais comme disait mon regretté père. «La crème fini toujours par remonter sur le dessus». J’aime bien cette figure de style. Alors si ton fils est meilleur que le voisin, il va finir par en faire la preuve.

Je regrette, mais c’est trop facile de blâmer des parents, des bénévoles, qui consacrent des heures pour diriger les jeunes, pour leur donner un encadrement. Il y en a bien sûr qui peuvent faire preuve de favoritisme, c’est humain, mais ils ne sont pas légion. Je lève mon chapeau à ces parents qui se lèvent tôt le matin par un temps glacial pour amener le kid à l’aréna. Les parents qui suivent les enfants dans des tournois aux quatre coins du Québec. Ils ont toute mon admiration. Mais cela ne leur donnent pas pour autant tous les droits. Il en faut des entraîneurs derrière le banc, et ils méritent votre respect. Ce sont des bénévoles. Alors même si un parent devait favoriser un enfant au détriment du vôtre, ce n’est pas la fin du monde. Et bien souvent c’est le contraire justement pour ne pas soulever l’ire de certains parents frustrés par la vie.

Il ne faut pas non plus mettre trop de pression sur les épaules des enfants. Je me souviens d’un parent qui me disait que son fils était meilleur que… Martin Brodeur, qui évoluait alors pour le Laser de St-Hyacinthe dans la LHJMQ, il me racontait le plus sérieusement du monde, que son fils gardien de but était de beaucoup supérieur à Martin Brodeur. Que Martin Brodeur était numéro un parce que son père faisait carrière dans les médias. Hors, j’ai bien connu son père, le regretté Denis Brodeur, un bonhomme fort sympathique et tellement réservé. Pas du tout le genre à mettre de la pression sur un coach.

Il y a aussi un film, une histoire vécue, qui raconte l’histoire d’un joueur de baseball qui a perdu la… boule dans un match après avoir frappé un circuit, il était monté dans le filet protecteur derrière le marbre en criant à son père: “Es-tu content?”. Le jeune a  par la suite été transporté dans une institution psychiatrique, j’ignore ce qui lui est arrivé par la suite. Le jeune ne voulait pas devenir un joueur de baseball professionnel, il voulait juste s’amuser.

Une belle leçon pour les parents qui crient comme des perdus dans les gradins, et qui menacent les arbitres. Bref, «Let the children play». Et soit dit en passant, j’ai lu quelque part qu’il y avait un québécois sur 10 000 qui parvenait à la LNH. Alors, on se calme le pompon Gérard…

JUSTE LA FIN DU MONDE

CinemaCollaboration La Métropole

A Montréal, le vendredi 23 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude.

Distribution: Nathalie Baye, Vincent Cassel, Marion Cotillard, Léa Seydoux, Gaspard Ulliel

JUSTE LA FIN DU MONDE

MARINA ROSSELL CHANTE MOUSTAKI

APOLLO IS MUSICCollaboration La Métropole

A Montréal, le jeudi 22 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

Hommage à Georges Moustaki, spectacle de Marina Rossell pour le 55e anniversaire de la communauté catalane du Québec.

 

Le Cercle culturel catalan du Québec présente « Marina Rossell canta Moustaki », le concert de la chanteuse Marina Rossell au Théâtre du Gesù le 11 septembre 2016, à 19 h, pour célébrer le 55e anniversaire de la communauté catalane du Québec (1961-2016).

MARINA ROSSELL, « LA VOIX EXQUISE » DE LA CATALOGNE, POUR LA PREMIÈRE FOIS AU QUÉBEC  

Avec plus de 20 disques et 40 ans de carrière à son actif, Marina Rossell est l’une des plus grandes légendes de la chanson catalane, surnommée, depuis ses débuts en 1976, « la voix exquise » par la critique musicale à Barcelone.  Bien qu’elle vienne pour la première fois au Québec, Marina Rossell connait les artistes d’ici et interprètera à l’occasion la version catalane de Quand les hommes vivront d’amour, qu’elle a adapté en 1985. En plus des chansons extraites de « Marina canta Moustaki » (2011-2014), trilogie consacrée à son grand ami disparu, elle présentera également une sélection de son riche répertoire dont quelques pièces de l’album « Clàssics catalans » (2008) et du tout dernier « Cançons de la resistència » (2015).  Elle sera accompagnée du pianiste Xavier Lloses.

CLASSIQUES CATALANS ET CHANSONS DE RÉSISTANCE  

Les chansons de l’album « Clàssics catalans » (2008) sont le reflet d’un siècle et demi d’histoire et de patrimoine musical de la Catalogne et dans « Cançons de la resistència » Marina Rossell reprend et adapte des chansons de résistance contre le nazisme, nées de la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi des chansons de résilience.

UNE TOURNÉE POUR CÉLÉBRER LE 55E ANNIVERSAIRE DE LA COMMUNAUTÉ CATALANE DU QUÉBEC

Marina Rossell débutera sa tournée à Montréal, pour souligner le 55e anniversaire de la communauté catalane du Québec. Depuis le premier « Centre culturel catalan du Canada » inauguré en 1961, plusieurs générations de Catalan(e)s et des «  catalanophiles » ont tissé des liens culturels solides entre le Québec et la Catalogne. Outre le célèbre sculpteur et céramiste Jordi Bonet (1932-1979),  la grande famille catalane du Québec compte plusieurs autres illustres artistes. Mercedes Palomino (1913-2006), cofondatrice du théâtre du Rideau Vert, avait notamment pour chanson fétiche La Santa espina, une des plus belles sardanes de la Catalogne, que Marina Rossell reprend en spectacle.

Quant au romancier et architecte Jacques Folch-Ribas (1928), né comme  Marina Rossell dans El Penedès, la plus importante région vinicole de Catalogne, à El Vendrell, sa maison de naissance héberge à présent la Fondation Apel·les Fenosa, artiste catalan en vedette dans le cadre de l’exposition « Fenosa et Picasso, une amitié », qui se déroulera jusqu’au 6 novembre 2016, au Musée d’Art contemporain de Baie-Saint-Paul. C’est précisément là que Marina Rossell terminera sa tournée.

Après Montréal, le dimanche 11 septembre au Gesù, la tournée canadienne de Marina Rossell se poursuit à Toronto, le mercredi 14, puis à la Chapelle du Musée de l’Amérique Francophone de Québec, le vendredi 16 septembre, et se termine à Baie-Saint-Paul, le samedi 17 septembre.

Pour plus d’informations, pour obtenir des photos, des extraits, veuillez consulter le web de la tournée:marinarossell.info

LA TABLÉE ET LE RESTO LA SOCIÉTÉ

Collaboration La MétropoleStyle de vie

A Montréal, le mercredi 21 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

Le restaurant La Société Montréal situé dans l’Hôtel Vogue de la chaîne Loews au 1425 rue de la Montagne participe avec douze autres restaurants, à l’événement La Tablée–Tuango* du 15 septembre au 15 novembre 2016. Vous achetez en ligne à latableetuango.ca un passeport gourmand pour le prix de 20 $ par personne et vous profitez d’un menu, 2 pour 1, dans treize restaurants.

Les restaurateurs vous offrent un menu table d’hôte ou un menu trois services. Les participants à cette première édition sont les restaurants suivants : La Société, Chez Lévêque, Les Cons Servent, le Pinokio, le Confusion Tapas, le Sukho Thaï, le Pub St-Joseph, le Terraana, le restaurant Bleu, le 155 Fahrenheit, la Cuisine d’IZZA, L’Oliveto et la Pizzeria Gepetto. Vous pouvez tous les essayer. Quel bonheur à prix réduit, et ce, du dimanche au vendredi (samedi exclu). L’offre n’inclut pas l’alcool, ni le vin, ni le service. Vous achetez le passeport et un voyage gastronomique s’offre à vous.

La Société Montréal, affiliée à La Société Toronto, est un concept Bistro Brasserie Lounge de luxe. Le décor à la parisienne est d’un goût exquis, sobre, élégant et raffiné. La section bistro est accueillante avec son bar sur la longueur, il est le point de départ de l’expérience. On y attend ses invités, on prend l’apéritif, ou un dernier verre en fin de soirée. On y mange aussi soit au comptoir ou à la section table, avec banquette confortable, ambiance feutrée et éclairage tamisé.   C’est le côté animé du restaurant. Seul ou accompagné, on s’y sent bien. Le bistro offre aussi une sélection d’alcool et de vins qui saura répondre à tous les goûts. La grande salle à manger est magnifique tant section tables que section banquettes. À noter, le joli bar à huîtres, la mosaïque du plancher et vitrail du plafond qui fait clin d’œil à celui du célèbre restaurant La Coupole à Paris. Partout où vos yeux se posent, c’est beau et de bon goût.

À la Société Montréal, nous avons eu le plaisir de profiter du menu La Tablée et d’apprécier le talent du nouveau chef Gilles Tolen**, qui est entré en fonction en février 2016. Comme plusieurs grands chefs, monsieur Tolen a débuté humblement sa carrière comme commis de cuisine, mais dans quelle cuisine! Celle du Georges V à Paris! Une expérience qui vaut son pesant d’or pour un jeune chef. Il a ensuite fait ses classes au Café de la Paix et au Jules Verne, le restaurant de la Tour Eiffel, et chef de partie à l’hôtel Scribe au restaurant Les Muses. En 2008, un voyage au Canada lui donne le goût de vivre à Montréal, à notre grand bonheur, puisqu’il a été le chef au Deca71 et à la Brasserie T de Normand Laprise, et ce, pendant plusieurs années. Ce parcours impressionnant a conduit le chef Tolen à Société Montréal.

Gilles Tolen a bien capté l’essence particulière de ce restaurant qui est situé dans un hôtel en plein cœur de l’action montréalaise avec sa clientèle locale et d’hôtel de luxe. Il fait fi des nouvelles tendances et nous ramène aux grands classiques d’une brasserie française, avec sa touche personnelle. En entrée, il propose, par exemple, une soupe à l’oignon, des poireaux vinaigrette avec escargots laqués et copeaux de foie gras, une terrine de canard maison, un foie gras, un gravlax de saumon, un plateau de délicieux fruits de mer et d’huîtres.

En plat principal, notons les cavatellis aux champignons sauvages, le demi-homard, le saumon poêlé, le ris de veau, le poulet de Cornouailles rôti, l’onglet de bœuf au vin rouge et la magnifique côte de veau. Le chef est un grand saucier et cela représente, bien sûr, le fondement d’une grande cuisine. Ses sauces sont divines! Les desserts sont classiques et réconfortants: crème brûlée, nougat glacé et tartelette au chocolat. Vous pouvez aussi opter pour une table d’hôte qui change selon les arrivages et l’humeur du chef et, comme il est très sympathique, ce sera toujours une belle expérience.

Pascal Paradis, le sommelier, propose une carte des vins très bien adaptée à la clientèle diversifiée de La Société. Des vins des meilleures régions vinicoles du monde, des appellations connues et sélectionnées avec soin: bonnes années, excellent rapport qualité-prix, de beaux choix de demi-bouteilles. Les champagnes et mousseux ainsi que les vins au verre sont nombreux et bien choisis. La carte des vins est parfaite pour cette brasserie, complète et sans prétention. Bravo Pascal Paradis!

Le service est excellent, à la fois très professionnel et gentiment décontracté. Tout ce travail d’équipe est dirigé par la charmante Tina Faouaz qui gère ce restaurant de main de maître, depuis quelques années déjà. À la fois relationniste, gérante et maître d’hôtel, elle est l’âme de La Société Montréal.

_____________________________________________________________________

* Site Web de La Tablée-Tuango:  latablee.tuango.ca/montreal

** Le chef Gilles Tolen à l’œuvre

La Tablée et le resto La Société
Pour les plaisirs de l’ambiance et de la table
Le restaurant La Société Montréal
Au chic Hôtel Loews

BIENVENUE À NOTRE RÉVOLUCIÓN!

Collaboration La MétropoleStyle de vie

A Montréal, le mardi 20 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

La ville de Montréal est un carrefour gastronomique reconnu pour son abondance de restaurants exquis et sa diversité culinaire. C’est dans cet unique milieu qu’arrive le Restaurant Emiliano’s – un tout nouvel établissement se spécialisant dans la cuisine Mexicaine authentique et originale.

Situé dans le quartier historique du Vieux Port (260 Notre Dame Ouest), Restaurant Emiliano’s travaille à base d’ingrédients et d’arômes provenant de différentes régions du Mexique, mélangées à la manière sud-américaine, offrant un goût unique, complètement différent de tous les autres restaurants en ville. Bienvenus dans notre révolución !

LE CONCEPT:

Le nom du restaurant – Emiliano’s – tire ses racines du célèbre Don Emiliano Zapata, fils d’une famille de paysans, devenu chef de la Révolution Mexicaine dans la partie sud du  pays. C’est lui qui fut donc l’inspiration derrière la mission du restaurant de changer la perception montréalaise de la gastronomie mexicaine, où les tacos sont trop souvent considérés comme le choix culinaire principal lorsqu’est évoquée la culture mexicaine. La cuisine mexicaine authentique consiste en fait à utiliser une grande variété de méthodes et de saveurs dérivant des Mayas et des Aztecs – combinées avec la délicatesse d’un goût sud-américain typique, dressant ainsi le portrait actuel de la Cuisine Mexicaine Contemporaine !

Le restaurant Emiliano’s possède également une abondante liste de spiritueux indigènes mexicains, de téquila ainsi que de mezcal ! Leur menu spiritueux contient plus de vingt-cinq types de téquilas et huit types de mezcals, méticuleusement sélectionnés par les propriétaires eux-mêmes. De plus, le restaurant offre un menu dégustation de téquila, ainsi que des cocktails signatures à base de téquila, créés par le mixologue de la maison Andrew Whilbey – une manière de plus pour les clients de baigner dans une véritable expérience authentique mexicaine !

Le restaurant est ouvert 6 jours par semaine (du lundi au samedi), avec un menu table d’hôte dîner offert les jours de semaine, des 5 à 7 « Style Mexicain » les jeudis et vendredis, où les huitres sont à 1$ et servies avec une mignonette et une garniture mexicaine, ainsi qu’un menu souper proposant une impressionnante gamme de plats mexicains authentiques, promettant une soirée inoubliable !

LA CUISINE:

Du mole au fromage cotija, à la masa (pâte) de maïs fraîche et aux tamales, le menu d’Emiliano’s présente des saveurs uniques qui, jusqu’à aujourd’hui, n’avaient encore jamais été offertes dans aucun restaurant montréalais. Le vaste menu, dont l’expérience se fait encore mieux de manière familiale, présente un assortiment de tacos, quesadillas, tamales, enchiladas, plats de viande et de poissons entiers, ceviches, guacamoles et bien plus encore, que vous aurez plaisir à découvrir.

C’est au chef Exécutif que l’on attribue cette expérience authentique Carlos Flores – de la ville de Mexico, ainsi qu’à son sous-chef Ariel Canto – de Mérida dans le Yucatan. Tous les deux emploient des saveurs traditionnelles, des techniques de cuisson  et des présentations uniques à leur ville natale respective, toutes deux très distinctes entre elles. En mélangeant ces différentes approches, ils créent ensembles des plats véritablement mexicains – avec une légère touche bien propre à eux, surprenante et unique !

Chef Flores possède un historique culinaire des plus impressionnants, commençant comme chef dans la ville de Mexico, avant de s’établir à Montréal et de faire sa marque sur la scène culinaire – comme chef au Bice Restaurante de 2001 à 2003, suivi du Ristorante Cavalli. Emiliano’s représente la prochaine étape dans sa carrière culinaire canadienne, tout en le ramenant tout droit à ses racines mexicaines !

L’AMBIANCE:

Dès qu’ils entrent chez Emiliano’s, les clients sont immédiatement transportés dans une ambiance énergétique, avec des accents colorés orangés contre les murs aux tons classiques de noir et de blanc au son d’une musique hispanique jouée en continu en arrière-plan. Avec de hauts plafonds et une cuisine à aire ouverte, les clients peuvent se régaler des yeux et amener leur expérience à un autre niveau sensoriel en voyant préparés sous leurs yeux tous les goûts et toutes les saveurs qu’ils pourront ensuite découvrir dans leurs plats! Le restaurant Emiliano’s possède également un deuxième étage – une pièce confortable offrant une ambiance semi-privée, parfaite pour les grands groupes et les occasions spéciales, ainsi qu’une terrasse pittoresque située à l’avant du restaurant, en plein centre de la rue Notre Dame dans le vieux Montréal, rue débordante d’action du matin au soir.

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Addresse: 260 rue Notre Dame Ouest, Montreal (QC) H2Y 1T5 – #514-316-8017  – info@restaurantemilianos.com

Heures d’ouveture:
Lundi – Mercredi : 11h30 – 22h30
Jeudi – Vendredi : 11h30 – 24h00
Samedi : 16h00 – 24h00

Places assises:  o Salle Principale  – 40  o Deuxième étage  – 45  o Terrasse – 17

Disponible pour évènements privés, corporatifs, 5 à 7, grands groupes

Site Web: restaurantemilianos.com

*Réservations possibles sur appel, par courriel, sur bookenda.com et walterevents.com

Aspaces au cœur de plusieurs tournage ces jours-ci!

Événements Marquants

APOLLO1.TV – Montréal le 19 septembre 2016

3 tournages en 3 jours pour Aspaces; samedi, c’était le Loft Le 3ème qui accueillait la joaillière de renom Caroline Arbour de la compagnie SCARO pour une session photo très matinale.  Hier, dimanche, le chanteur KANDU tournait le vidéoclip qui marquera son grand retour sur la scène musicale montréalaise et canadienne au Quartier Central.  Nominé pour un Juno en 1997, il avait abandonné son amour de la musique depuis près de 20 ans pour se consacrer à d’autres occupations.

Aujourd’hui, c’est au tour de Bouclair au Loft Le 4ème!  Depuis plusieurs années, Bouclair fait confiance à Aspaces pour localiser une bonne partie de ses sessions photos commerciales, ayant visité le Loft William, Loft Chez Queux, Loft Normandie à plusieurs reprises!

 

LE STROBING… QU’EST-CE QUE C’EST?

Collaboration La MétropoleStyle de vie

A Montréal, le lundi 19 septembre 2016.

metropole

 

 www.lametropole.com

 

Le Strobing pour le maquillage, le Strobing pour les cheveux, mais c’est quoi le « Strobing »???

Il y a toujours de nouvelles terminologies qui vont avec les nouvelles tendances et nous aimons ça. Ensuite, après compris la technique, il faut la maitriser, c’est toute autre chose. Pour celles qui ont à peine terminé de comprendre et de maitriser le contouring, sachez que le Strobing est beaucoup plus facile et il laisse beaucoup moins de place à l’erreur.

Alors qu’il fallait restructurer le visage avec le contouring, il faut mettre de la lumière sur certaines parties de notre visage, faire ressortir des points de lumière, avec le Strobing!

On vous explique comment et vous allez constater que c’est très facile à faire et que le résultat est lumineux. On commence par appliquer son fond de teint habituel et y ajouter une crème illuminatrice (pas obligatoirement). Ensuite, on utilise son cache-cernes, une teinte légèrement plus pâle que le fond de teint, et on l’applique sous l’œil.

L’étape cruciale du Strobing est l’utilisation judicieuse de l’illuminateur car le but est de donner un effet lumière naturelle sur certains points de notre visage.  On va donc chercher les points suivants : le haut de la pommette, l’arête du nez, le centre de la lèvre, l’arcade sourcilière et le point intérieur de l’œil. On peut aussi illuminer légèrement le centre du front et du menton. Par contre, si vous avez la zone T à tendance huileuse, on oublie ses 2 dernières zones, on ne veut pas avoir l’air d’avoir la peau grasse.

On fait notre maquillage paupières, mascara, rouge à lèvres comme à l’habitude. On termine avec une légère poudre fixatrice qui va éliminer les points de brillance indésirable et bien entendu fixera le maquillage.

Dans notre intro, on vous parlait du Strobing pour les cheveux, c’est la grande tendance de l’automne. Par contre, il faut aller visiter votre coiffeur, qui selon votre visage et votre coupe, décidera où mettre ses fameux points de lumières en éclaircissant certains endroits de votre chevelure pour un effet spectaculaire, mais très naturel.

TRUC DE PRO

« Tapotez le produit avec vos doigts après l’application, la chaleur de vos doigts permettra au produit de se fondre sur la peau » nous dit la maquilleuse des célébrités Mark, Keysley Deenihan.

Pour celles qui aiment connaitre la source des mots comme nous, le Strobing vient du stroboscope (source de lumière intermittente).

Source: LE BLOGUE MÈRE ET FILLE

UA-36473591-1